Fable contemporaine

“PA. – Tu y as cru papa ?
PAPé. – à quoi ?
PA. – Au progrès.
PAPé. – Au confort plutôt.
J’ai cru à la chaleur d’un canapé.
J’ai cru au rapide du presse-orange électrique.
J’ai cru au pratique du Formica de la table à manger.
J’ai cru au féérique du supermarket à côté de chez soi.
J’ai cru au magique de la télé qui remplace le feu de cheminée.
J’ai cru au bruit qui remplace le silence.
J’ai cru à tout ça fiston.
Je les ai laissés me faire croire et maintenant c’est trop tard pour moi.”

d’après Costa le Rouge
Sylvain Levey

Synopsis

Costa le Rouge, c’est l’histoire de la transmission d’une génération à l’autre, du passage d’une époque révolue à un aujourd’hui incertain.

C’est encore le renoncement des luttes remplacées par une consommation abîmant les êtres.

Écrit par Sylvain Levey, théoriquement pour un jeune public, Costa le Rouge, est une œuvre qui vacille entre le concret et l’abstrait. C’est comme ça, en tout cas, que l’affaire nous est présentée…

Note d’intention

Pour sa dernière création, Stéphane Buisson s’empare de ce texte :

“Il semblerait que, plus que jamais, nous ayons besoin de faire du lien entre les générations, de trouver des liaisons, d’essayer de comprendre les articulations.

L’idée est de mettre en scène un groupe de jeunes amateurs de théâtre, face à un interprète, tantôt conférencier, conteur, sociologue, père de famille ou grand-père.

Il s’agit, en gardant l’essence du texte, de réinventer un dialogue avec les jeunes présents sur le plateau et de mettre en application le principe qui consiste à considérer le texte comme une matière propre à nourrir et développer une forme.”

Distribution

Mise en scène
Stéphane Buisson

Assistante à la mise en scène
Stéphanie Vuignier

Interprètes
Pierre Louis Lanier & Antoine Adobati, Lucy Bertrand,
Sacha Buisson-Roux, Romane Cabart, Léna Décréau, Clément Duguit, Liv Guyetand, Margot Heckmann, Théophile Mathieu, Gil Perrissin, Chloé Roos

Univers sonore
Philippe Vuilermet

Création lumière
Jean Camilleri

En co-production avec L’Endroit